Recherche

Recommander

gaypax

Vendredi 26 janvier 5 26 /01 /Jan 07:49
Par NIKO B FACE - Publié dans : gaypax
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Dimanche 7 janvier 7 07 /01 /Jan 22:07

 

TOUS mes voeux de bohneurs pour cette année !

BIZ , NIKO nikolaweb@hotmail.fr

 

Par NIKOLAS K - Publié dans : gaypax
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 5 janvier 5 05 /01 /Jan 23:50
SOIREE GAYPAX à L APPART ET L ENDROIT ( METZ )

 

 

                           DJ NIKOLAS K / INTERSOUND

 

                

 

 

GOGOS DANCERS

 

 

 

 

 

 

Par NIKOLAS K - Publié dans : gaypax
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 3 janvier 1 03 /01 /Jan 00:00

http://gaypax.com  , pour que nous  rencontrER.... 

 

 

Le fondateur Gaypax , Damien

mailto:webmaster@gaypax.com

 

Par bi-house bi-house - Publié dans : gaypax
Ecrire un commentaire - Voir les 16 commentaires
Samedi 1 janvier 6 01 /01 /Jan 00:00

 

C'est à New-York que naît véritablement le premier mouvement de contestation gay. Las de la répression policière dans les bars gays de la ville, les clients du bar "The Stonewall Bar", situé au 53 Christopher Street à New-York, se rebellent lors d'un contrôle d'identité. Cet incident dégénère et engendre 5 nuits d'émeutes à Christopher Street durant lesquels plusieurs centaines de gays, travestis et lesbiennes se heurtent aux forces de police qui sont obligées de demander le renfort de la police anti émeutes. Craig Rodwell, militant homosexuel, prend la tête du mouvement. Il avait déjà organisé la première manifestation gay à Washington devant le Capitole avec quelques amis en 1965, et avait ouvert la première librairie gay de New-York en 1967. Il alerte la presse qui relate les événements dès le lendemain. A la suite de cette révolte des gays contre la police, il fonde le Gay Liberation Front (GLF). D'autres mouvements radicaux homosexuels naissent à New-York durant cette année 1969.

 

 


 

 

 

 

 

 

               


The Stonewall Bar en 1969.
Le bar new-yorkais à l'origine de toutes les Gay Pride du monde

 

 

 

 

 

 


Les travestis du Stonewall dans le panier à salade

 

 

Dès le début, ces mouvements se heurtent au conservatisme d'une grande partie des gays eux-même. Beaucoup d'entre-eux estiment que pour se faire un jour accepter, il vaut mieux rester respectables, tranquilles, discrets et surtout ne pas encourager les excès des travestis et autres drag queens qui donnent une mauvaise image des homosexuels. Mais plus rien ne pourra arrêter les gays décidés à sortir de leur placard. L'anniversaire de cette rébellion des gays sera fêté chaque année depuis lors : c'est la naissance des GayPride dans toutes les capitales du monde occidental. Les gays avaient décidé de ne plus se taire et de se montrer au grand jour.

 

 

 

 

1970

 

 

En 1970, à New-York et dans 4 autres villes, les gays décident de commémorer le premier anniversaire de la révolte du Stonewall. A l'initiative du GLF dirigé par Craig Rodwell, le 28 juin 1970, 2000 gays remontent la 6ème Avenue entre Waverly Place (Greenwich Village) et Central Park à New York. La manifestation prend le nom de "Christopher Street Liberation Parade" et son slogan officiel est "Come Out !".

 

 

 

 

 

 

 

 

Ils seront 1200 à Los Angeles. Au Canada, Toronto organise son premier Gay Day Picnic et en Europe c'est Londre qui organise la première manifestation gay, mais il ne s'agit pas encore d'une parade ni d'une Gay Pride. Une centaine de personnes y participe

 

 

 

 

1971

 

 

Londres organise sa deuxième manifestation homosexuelle qui rassemble une centaine de personnes.
A Paris, 500 homosexuels se joignent au défilé du 1er mai à Paris, au coté du MLF (Mouvement de Libération de la Femme ). Le FHAR (Front Homosexuel d'Action Révolutionnaire) est créé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1972

 

 

Alors que les défilés de "Christopher Street Day" (CSD) se multiplient dans les villes américaines, en Europe, c'est à Londres que le GLF (Gay Liberation Front) organise la première véritable marche homosexuelle. 2000 personnes défilent entre Oxford Street et Hyde Park.

 

 

 

 

 

1973

 

 

La London Pride est organisée par Compaign for Homosexual Equality (CHE). Cette organisation assurera les Gay Pride anglaise jusqu'au début des années 80 mais avec un succès plutôt décroissant. En France, aucune marche spécifiquement gay n'est encore organisée.

 

 

 

 

 

25 juin 1977

 

 

le 25 juin 1977, la première GayPride française est organisée à Paris à l'initiative du MLF et le GLH (Groupe de Libération Homosexuelle) qui succède au FHAR depuis 1974. 400 personnes défilent entre la place de la République et la place des Fêtes.

 

 

 

 

 

1978

 

 

Aucune marche spécifiquement gay n'est organisée en France en 1978 et les homos parisiens participent pour la dernière fois à la marche du 1er mai au coté des travailleurs.

 

 

 

 

juin1979

 

 

Après une interruption d'un an, Paris connaît sa deuxième marche homosexuelle (800 personnes). Depuis cette date, elle se déroulera chaque année. Nos voisins belges organisent leur première marche à Anvers et les suisses à Berne (300 personnes). La Gay Pride ne se développe pas qu'en Europe puisque Sydney connait aussi sa première marche.

 

 

 

 

 

1980

 

 

1000 manifestants défilent à Paris. Bruxelle connait sa première Gay Pride.

 

 

 

 

 

4 avril 1981

 

 

La Gay Pride parisienne revet pour la première fois une importance considérable, puisqu'elle réunit 10000 manifestants. Elle est organisée volontairement avant les élections présidentielles pour faire pression sur les politiques. La gauche soutient le mouvement gay qui demande que la majorité sexuelle soit la même pour les gays que pour les hétéros. En effet, les relations hétérosexuelles étaient à l'époque autorisée à partir de 18 ans, mais il fallait attendre 21 ans pour pouvoir avoir sa première relation homo. François Mitterrand est élu Président de la République en mai, le fichage des homos est interdit en juin, l'homosexualité est retiré de la liste des maladies mentales et en 1982 la majorité sexuelle est fixée à 15 ans pour les hétéros comme pour les homos.

 

 

 

 

 

1982

 

 

Le militantisme n'est plus aussi virulent qu'en 1981 et la Gay Pride de Paris ne rassemble plus que 8000 manifestants. C'est le RHIF (Rencontre des Homosexualités en Ile-de-France) qui succèdera au CUARH pour l'organisation de la Gay Pride parisienne de 1982 à 1991. Elle déclinera durant les années 80 pour attendre péniblement certaines années le millier de manifestants (1986).

 

 

 

 

1988

 

 

Alors que 40 000 personnes manifestent à Londres, la Gay Pride parisienne ne rassemble que 1500 personnes. Le mouvement associatif est démobilisé et la Gay Pride n'est plus qu'une manifestation festive et commerciale.

 

 

 

 

 

1991

 

 

Après une année 1990 qui n'avait rassemblé que 1500 personnes à Paris, le collectif "Gay Pride" est créé pour redynamiser la manifestation. Ce collectif réunit les associations, les commerces et la presse. Il est présidé jusqu'en 1999 par Jean-Sébastien Thirard. La Gay and Lesbian Pride parisienne de 1991 réunit 4000 personnes, mais il faudra attendre 1993 pour retrouver les 10 000 manifestants de 1981.

 

 

 

 

 

1994

 

 

La province se réveille enfin. Une manifestation gay est organisée à Tours pour protester contre l'homophobie du maire de l'époque, Jean Royer. Mais c'est à Rennes et à Marseille qu'ont lieu les premières Gay Pride de province. A Rennes, c'est l'association "Femmes entre elles" qui est à l'origine de cette première manifestation qui a réuni 300 personnes. A Marseille, le CGL (Centre Gay et Lesbien) attire 400 personnes à son défilé. A l'étranger, Le Japon organise sa première marche gaie.

 

 

 

 

 

1995

 

 

Après des succès divers, la Lesbian and Gay Pride de Paris marque un tournant avec 60 000 manifestants. Pour la première fois, les médias généralistes nationaux rendent compte de la manifestation parisienne.
Le mouvement s'amplifie en Province : Marseille, Nantes, Rennes, Toulouse et Montpellier organisent leurs Gay Prides. Afin de coordonner l'ensemble de ces manifestations, est créée l'Interpride.

 

 

 

 

 

 

 

1996

 

 

Près d'une douzaine de marches sont organisées en France. Paris dépasse pour la première fois le seuil symbolique des 100 000 manifestants, puisqu'ils seront 120 000. Malheureusement, la soirée officielle fut un désastre financier pour l'association lesbian and Gay Pride de Paris.
Marseille rassemble 2000 manifestants, Lyon (2000 pers), Lille (1500 pers), Cannes (350 pers), Aix-en-Provence (100 pers) et Bordeaux organisent leur première Gay Pride. Rennes, Nantes, Montpellier et Toulouse renouvellent aussi l'expérience de l'année passée.

 

 

 

 

 

1997

 

 

Paris accueille l'Europride qui attire 250 000 personnes. 9 villes de province organisent des marches : Cannes, Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes, Rennes et Toulouse. Nancy organise en février un carnaval gay qui réunira qu'une trentaine de personnes. Strasbourg organise "les journées de la fierté gaie et lesbienne".

 

 

 

 

 

 

 

1998

 

 

Création de Fédération des Lesbian and Gay Prides de Province. L'affluence de Paris retombe à 120 000 personnes. Bordeaux, Cannes, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes, Rennes, Toulouse renouvellent leurs marches. Nancy tente une seconde fois un carnaval gay qui ne verra pas plus d'affluence que l'année précédente. L'idée sera abandonnée. Strasbourg organise à nouveau ses journées de la fierté gaie et lesbienne durant 5 jours avec manifestation sur la Place Kléber. A l'étranger, Tel Aviv organise sa première marche (1500 pers), Stockholm accueille l'Europride et New-York attire 300 000 manifestants.

 

 

 

 

1999

 

 

Paris retrouve les 250 000 manifestants en plein débat sur le pacs qui sera adopté en octobre. Réussite pour l'affluence et pour le combat politique, malheureusement pas pour les finances de l'association Lesbian and Gay Pride de Paris qui est dissoute après 3 ans de déficit. C'est désormais la société Sofiged qui prend en main la destinée de la marche et qui acquiert les droits sur les marques déposées et gère la communication et les aspects financiers. Une nouvelle association est créée pour l'aspect politique et militant : la Lesbian et Gay Pride d'Ile-de-France, qui deviendra en 2001 l'Interassociation lesbienne, gaie, bi et trans.

 

 

 

 

 

2000

 

 

250 000 personnes assistent à la Worldpride de Rome. En France, Rouen, Angers et Poitiers organisent leurs premières marches gay. Paris attire 300 000 personnes.

 

 

 

 

2001

 

 

Record d'affluence sans précédent à Paris : 500 000 personnes participent à la Marche des Fiertés Lesbiennes, Gaies, Bi et Trans, nouveau nom de la marche qui introduit l'expression LGBT en France. Caen inaugure sa marche avec comme slogan "une loi contre l'homophobie et la lesbophobie", Nice et Poitiers abandonnent la leur.

 

 

 

 

2002

 

 

Pour la deuxième année consécutive, 500 000 personnes défilent à Paris. Reims et Strasbourg organisent leurs premières marches, ce qui porte à 15 le nombre de villes françaises organisant une gay pride. Un record pour l'Europe.

 

 

 

 

 

2003

 

 

Pour sa première gay pride, Metz attire un millier de manifestants dans les rues du centre ville. Paris enregistre un nouveau record avec 700 000 manifestants, 90 organisations syndicales, politiques et associatives et une vingtaine de commerces LGBT.

by Marc  "LORRAINE GAY"

 

 

 

 

Par bi-house bi-house - Publié dans : gaypax
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus